Vaccination COVID-19: à qui le tour?

​​La Task Force fédérale COVID-19 a déjà élaboré la prochaine phase de la campagne de vaccination. ​Elle visera d'abord les personnes de plus de 65 ans, puis les patients dits "à risque".​


​Lors de la phase suivante, le plus grand nombre possible de personnes de plus de 65 ans sera invité à se rendre dans un centre de vaccination.


​Alors que la Belgique attend encore la livraison nécessaire à la vaccination des prestataires de soins, la Task Force fédérale COVID-19 a déjà élaboré la prochaine phase de la campagne de vaccination, sur la base d'un avis du Conseil Supérieur de la Santé (CSS). Elle visera d'abord les personnes de plus de 65 ans, puis les patients dits "à risque".

Comme le rappelle la Task Force, l'âge est le principal facteur de risque de COVID-19. Plus on est âgé, plus le risque d'être gravement malade, voire de décéder est élevé. Par ailleurs, une série de maladies chroniques augmentent également ce risque. Voilà pourquoi les personnes les plus vulnérables, à savoir les résidents des maisons de repos et de soins ont été vaccinées en premier. Viennent ensuite les prestataires des soins de santé et de l'aide sociale (en donnant la priorité aux professionnels directement impliqués dans les soins aux patients COVID) et les personnes plus vulnérables séjournant en institution collective de soins.

D'abord les plus de 65 ans

Lors de la phase suivante, le plus grand nombre possible de personnes de plus de 65 ans sera invité à se rendre dans un centre de vaccination, par ordre décroissant : d'abord, les personnes de 85 ans et plus, puis les 80-84 ans, suivis des 75-79 ans, puis des 70-74 ans et enfin des 65-69 ans. Selon l'office belge de statistique, Statbel, notre pays compte plus de 2 millions de personnes âgées de 65 ans et plus.

Puis les patients à risque

Sur la base de l'avis du Conseil supérieur de la santé, les patients âgés de moins de 65 ans appartenant à un groupe à risque peuvent être répartis en deux sous-groupes :

  1. les 45-64 ans qui souffrent d'une ou plusieurs de ces affections: trouble respiratoire chronique, trouble chronique du système nerveux, trouble cardiovasculaire chronique, obésité (IMC > 30), diabète de type 1 et 2, démence, cancer (néoplasme) et hypertension ;

  2. les 18-64 ans qui souffrent d'une ou plusieurs de ces affections: maladie rénale chronique, trouble hépatique chronique, insuffisance rénale chronique et patients dyalisés, cancer hématologique, syndrome de Down, patients immunodéprimés, SIDA ou VIH, maladie rare officiellement diagnostiquée, personnes transplantées ou figurant sur une liste d'attente.

Selon Statbel, la Belgique compte environ 1,5 million de patients à risque.

Que doivent faire ces patients à risque?

Rien, pour autant qu'ils aient un médecin traitant qui gère leur Dossier Médical Global (DMG). Les généralistes, en collaboration avec les mutuelles, vont établir la liste des patients concernés, qui seront ensuite invités dans un centre de vaccination. En ce qui concerne les patients qui n'ont pas de médecin traitant, mieux vaut qu'ils prennent rendez-vous avec un généraliste pour ouvrir un DMG. Ils seront ensuite invités à se faire vacciner.

Et le reste de la population?

Par la suite, environ 5 millions de Belges devront encore se faire vacciner. Le CSS recommande de donner la priorité aux 18-64 ans souffrant de troubles mentaux sévères, de déficience intellectuelle grave et profonde ou appartenant à une population vulnérable avec accès limité aux soins de santé. En ce qui concerne la définition des "professions essentielles", le Conseil se réfère (sagement) aux "Autorités politiques" belges.

 


Notre mission

Pharmacie.be soutient et valorise le rôle du pharmacien en tant que partenaire à part entière des soins de santé.

Partenaires institutionnels

www.fagg-afmps.be
www.pharma.be
www.croix-rouge.be

Contactez nous

Veuillez noter que pharmacie.be n'est pas un site de pharmacie en ligne

Mentions légales

Privacy policy
Déontologie